Spain – La Gare Du Coustellet

Il a fallu une interruption de 10 ans, pour que Josh Haden, fils du légendaire bassiste de jazz Charlie Haden, sorte d’une dépression. En effet, après trois disques réalisés dans les années 90, Spain est de retour, avec une musique qu’on peut toujours qualifier de « pop spleenétique ». On se souvient de l’inaugural The Blue Moods of Spain (1995) et le titre « Spiritual », repris par Johnny Cash en 1996. On retiendra également le deuxième album She Haunts my Dream, décrit par certain comme chef d’œuvre.
C’est en 2007 que la formation californienne s’est réunit autour de Haden et de nouveaux musiciens : Daniel Brummel (guitare lead), Randy Kirk (guitare, clavier) et Matt Mayhall (batterie). En 2010 est paru le premier single « I’m Still Free », dévoilant une musique d’une finesse indolente, les émotions étant comme anesthésiée par la mélancolie, permettant alors de libérer des thèmes chers au groupe comme l’amour, la liberté, et la spiritualité. On notera également que l’expression de cette tristesse est proche d’un groupe qu’affectionne particulièrement Haden, les Tindersticks.
Leader très timide, Josh Haden préfère chanter en fermant les yeux, afin d’éviter d’être pris de panique face au public et de garder ainsi sa concentration. Ici, au Coustellet, le public était en osmose avec les vibrations hypnotiques des cordes, de cette musique intemporelle, qui ne s’inscrit pas dans la mouvance actuelle, où le dépouillement et la lenteur, romantique et obsédant, perdurent intacts et d’une pureté extrême.


DDC